Choices
Publié le 18.11.2020

Le “Programme des fées”, une méthode de management pour mieux prévenir les vulnérabilités en entreprise

Forte de sa culture anglo-saxonne, Annabelle Roberts, auteur de « La Théorie de la veste » et CEO d’une agence de communication, a mis en place une méthode originale de management pour mieux prévenir et accompagner les vulnérabilités de ses salariés. Son nom : le programme des fées.

Dans son livre à succès, Annabelle Roberts prône une méthode contre-intuitive pour transformer nos échecs en armes. Ce n’est donc pas une surprise si la Canadienne a naturellement mis en place une méthode tout aussi singulière au sein de sa propre entreprise, Present Perfect, pour garantir le bien-être de ses douze collaborateurs.
Une méthode inédite et commune pour l’ensemble de ses employés, qu’ils soient confrontés ou non, à des fragilités personnelles ou professionnelles. Cette idée, devenue un vrai programme au sein de son entreprise spécialisée dans la prise de parole en public, porte un nom inspirant qui repose sur la confiance mutuelle : “Programme des fées”.

Être une “fée”, c’est tout un programme !

La formule est aussi simple que maline. Chez Present Perfect, chacun se voit assigner une “fée” , soit une personne responsable de son bien-être et de son épanouissement professionnel. La mission de cette fée ? Faire en sorte que son protégé se sente encouragé, motivé et épanoui dans son travail.
Car, comme le dit si bien Annabelle Roberts : « La plupart du temps, le programme d’intégration d’un nouveau collaborateur reste très professionnel, très en surface. Or, la première question que se pose un salarié en arrivant c’est ‘Qui va déjeuner avec moi le premier jour ?’ Le programme des fées répond à ce besoin de sociabilité. C’est un véritable accompagnement personnalisé dans la vie de l’entreprise, au jour le jour ».

Concrètement, chaque collaborateur signe un “contrat de fées” qui l’engage auprès d’un nouvel arrivant. Et pour apprendre à mieux le connaître, il fait remplir à la nouvelle recrue un « questionnaire de fée ».

Une vision quelque peu angélique de la gestion des fragilités en entreprise ?

Annabelle Roberts réfute cet argument avec force : « Je viens du Canada, un pays où la gentillesse et la bienveillance sont des valeurs cardinales, mais je suis aussi cheffe d’entreprise. Dans mon entreprise, j’accorde la plus grande importance à la bienveillance, l’attention à l’autre et à la confiance mutuelle. Ce sont des valeurs cardinales pour la performance sociale et économique de l’entreprise. Car un employé bien dans ses baskets et reconnu pour ses qualités, aura envie de s’investir davantage ».

D’ailleurs, en bonne dirigeante, Annabelle Roberts a eu à cœur d’intéresser subtilement financièrement ses salariés à ce programme. En effet, chaque année, les “protégés” répondent à un questionnaire et si leurs fées ont bien rempli leur mission, elles touchent un bonus. Le “Programme des Fées” s’impose donc comme une véritable méthode de management à part entière.

Les “fées”, les sentinelles de prévention contre le burn out

À cet égard, Annabelle Roberts n’hésite pas à citer son propre exemple. À la tête d’une start up, cette dirigeante, a bien failli frôler le burn-out, tout occupée qu’elle était à digitaliser l’intégralité de son offre en urgence.

Heureusement, sa propre “fée” l’a ressenti et a pris soin d’elle. Elle a commencé par lui envoyer un colis ‘bien-être’ avec des choses pour prendre soin d’elle comme un bon pour un massage ou encore une bougie. Ensuite, elle l’a encouragée à rassurer ses équipes. Sa “fée” lui a même organisé des faux rendez-vous clients pour alléger son agenda. Une vraie fée !

Un autre exemple ? La “fée” d’une collaboratrice qui subissait un vrai coup de mou a été capable de déceler les signaux faibles et faire remonter l’information à Annabelle qui a ainsi su répondre instantanément à la fragilité d’un membre de son équipe.

Cette bonne pratique aussi poétique soit-elle dans son intitulé, s’avère donc un outil efficace de prévention et de gestion des vulnérabilités au travail. Et si Annabelle Roberts reconnaît que son programme n’est peut-être pas forcément adapté aux grosses structures, son exemple peut en tout cas servir la créativité des équipes de ressources humaines dans toutes les entreprises.

Vous allez aimer