Vector Illustration of Coworking Concept. Flat Modern Design for Web Page, Banner, Presentation etc.
Publié le 09.02.2022

La révolution ergonomique au coeur des nouveaux enjeux de la santé au travail

Tête baissée, dos voûté, jambes croisées, ordinateur parfois posé sur les genoux, les Français sont nombreux à ne pas travailler au quotidien dans de bonnes conditions. Résultat, selon une étude menée par l’entreprise Fellowes spécialisée dans les équipements de bureaux, 8 Français sur 10 déclarent avoir déjà souffert de douleurs liées à un poste de travail inadapté.

La crise sanitaire a amplifié l’augmentation des troubles musculo-squelettiques (TMS). En effet, outre l’allongement croissant du temps de travail devant un ordinateur (près de 8 heures par jour en moyenne en France), le développement du télétravail ces derniers mois, sur des postes bien souvent inadaptés (table de cuisine ou table basse du salon, par exemple), a amplifié ce véritable phénomène de santé publique.

Pour les entreprises, la question de l’ergonomie au travail devient plus que jamais centrale. Et pour cause : souvent minimisées, les conséquences du manque – voir de l’absence – d’ergonomie des bureaux ont un impact majeur. Ainsi, en 2017, l’Assurance Maladie estimait  le coût direct des TMS pour les entreprises à près de 2 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter des coûts indirects encore plus importants liés à la perte de production et à l’absentéisme.

Protéger la santé physique et mentale des travailleurs 

En France, l’article L.4121-1 du Code du Travail prévoit que les dirigeants d’entreprises doivent engager des « actions de prévention, d’information et de formation pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ». Cela passe par « la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés » et donc par une réflexion continue sur l’ergonomie des postes de travail.

Mais derrière le mot ergonomie se cache plusieurs réalités. En effet, il n’y a pas une ergonomie mais des ergonomies :

  • L’ergonomie physique vise à améliorer les gestes et postures grâce à l’aménagement matériel
  • L’ergonomie cognitive s’intéresse à l’anticipation et à la gestion des risques psycho-sociaux (fatigue, stress, etc.)
  • L’ergonomie organisationnelle se concentre sur l’emploi du temps, l’organisation des tâches et la gestion des ressources humaines. 

De la nécessité de mettre en place des bonnes pratiques

Fatigue visuelle, troubles oculaires, tensions, maux de tête, engourdissements, douleurs dans les muscles et tendons des cervicales, du dos, des épaules, des poignets et des mains, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) préconise la mise en place de plusieurs éléments afin d’optimiser l’ergonomie des bureaux et prévenir tous ces maux dont souffre un nombre grandissant de salariés : 

  • Privilégiez du matériel (bureau et fauteuil) réglable en hauteur et en profondeur qui s’adapte en fonction de la morphologie du salarié et du type d’activités.

  • Avec un ordinateur portable, optez pour un clavier indépendant et une souris ergonomique pour préserver notamment les mains et les poignets.

  • Veillez à placer l’écran de votre ordinateur à bonne hauteur grâce à un rehausseur. L’axe horizontal du regard doit se situer au-niveau du haut de l’écran.

  • Alternez les postures de travail (assis, debout) et n’hésitez pas à effectuer des exercices d’étirement régulièrement, car travailler assis de manière prolongée est néfaste pour la santé. A noter que, d’après une étude réalisée par la Texas A&M University, la mise en place d’un bureau “assis-debout” permettrait d’augmenter la productivité jusqu’à 46 %.

  • Ne négligez pas d’apporter suffisamment de lumière (de préférence naturelle) et de vous protéger des effets néfastes de la lumière bleue émise par les écrans en utilisant des filtres spécifiques.

  • Prenez en compte l’ambiance globale de l’espace de travail (bruit ambiant, température, et même hygrométrie) car cela a un impact sur le confort de travail et donc sur la productivité.

Télétravail et ergonomie ne font pas toujours bon ménage

Avec le développement du télétravail, la question de l’ergonomie se pose de manière encore plus concrète. Car si les équipements ne sont pas toujours optimisés au sein des entreprises, le constat est encore plus préoccupant quand il s’agit de travail à domicile.

Pour s’assurer du confort de leurs salariés, les dirigeants d’entreprises ne doivent pas hésiter à rappeler régulièrement les grands principes d’une bonne ergonomie de travail. Schéma, mémo ou même session de formation, tous les moyens sont bons pour diffuser ces informations en interne et ainsi sensibiliser les collaborateurs à un des enjeux majeurs de la santé au travail.

Informer, mais aussi accompagner, c’est le choix effectué par l’entreprise Salesforce. Consciente de la difficulté à aménager un bureau ergonomique chez soi, elle a décidé d’allouer 500 euros à chacun de ses salariés pour installer un espace de travail confortable à domicile.

Rester en veille pour apporter davantage de confort au travail

D’autres initiatives peuvent également être source d’inspiration pour les chefs d’entreprise. C’est le cas, par exemple, de la végétalisation des bureaux d’Amazon à Seattle en 2018 qui a pour objectif de favoriser la créativité et le bien-être.

En France, l’entreprise People Doc a, elle, opté pour la méthode « clean desk » qui mise sur les bienfaits du minimalisme dans les espaces de travail. Une manière d’éliminer toutes les sources de distraction qui empêchent de se concentrer. 

Ergonomie : un investissement d’avenir

Si la question de l’ergonomie commence à rentrer dans la culture d’entreprise, il revient encore trop souvent aux salariés de trouver eux-mêmes les aménagements adéquats. L’aménagement des bureaux impacte pourtant directement la qualité du travail, la motivation, l’engagement et le niveau de stress des salariés.

La réalisation d’un diagnostic santé auprès des salariés peut permettre aux dirigeants de proposer des solutions adaptées et d’agir ainsi positivement sur la perception de l’entreprise qu’ont les collaborateurs. Outre les gains en de termes de santé et donc de productivité, c’est un levier indéniable en termes de marque employeur qui peut contribuer à conserver les talents, mais également à en attirer de nouveaux.

Vous allez aimer