méthode reboot
Publié le 13.11.2020

La méthode “Reboot”, une solution RH anti-crise contre la perte de sens au travail

Mise au point pendant le premier confinement par les équipes de COMET (start-up spécialisée dans la location d’espaces et l’organisation de séminaires) avec des spécialistes de l’armée, “Reboot” est une méthode qui vise à remobiliser et remotiver les équipes après une crise. Très efficace de manière ponctuelle, cette technique pourrait-elle être appliquée à la gestion pérenne des fragilités en entreprise ? Victor Carreau, cofondateur et CEO répond.

En deux mots, comment vous est venue l’idée de Reboot ?

Je vais comparer l’entreprise à une voiture. Pendant le confinement, on s’est aperçu qu’on entendait presque exclusivement deux populations : les patrons, à qui on demandait de « garder les mains sur le volant » et les autorités, à qui on réclamait « de l’essence pour continuer à avancer ». Mais personne ne semblait s’intéresser au moteur, c’est-à-dire aux équipes.

Or, si certaines pièces semblaient toujours en parfait état de marche, d’autres étaient un peu grippées. Et pour faire repartir le moteur, il faut que toutes les pièces fonctionnent… Sinon la voiture ne démarre pas !

Reboot” est né de ce constat. Une sorte de « contrôle technique » de l’entreprise avant la reprise.

Concrètement, en quoi consiste cette méthode ?

Co-écrite avec Didier le Bret, ancien coordonnateur national du Renseignement, Xavier Latournerie, ancien officier des forces spéciales et le cabinet Brainswatt, spécialiste en facilitation et accompagnement au changement, la méthode “Reboot” comporte 3 étapes clés :

On commence par l’étape “Energy. L’idée est de préparer et formuler un projet de relance suscitant l’engagement, reconnecter les collaborateurs les uns aux autres après une longue période de distanciation et faire un état des lieux précis afin de créer l’adhésion autour d’un objectif commun.

Ensuite nous passons à la deuxième étape du processus que l’on nomme “Momentum. Le but de cette étape est de libérer la parole des collaborateurs sur leur vécu pendant le confinement et sur les initiatives de l’entreprise pour remobiliser les équipes et amorcer une reprise d’activité réussie. C’est vraiment le point clé selon moi. Un moment de catharsis, sans les managers, mais avec une restitution anonymisée et intermédiée par les facilitateurs présents.

Pour conclure, nous passons à l’étape dénommée “Impulse. Il faut donner le cap, se projeter collectivement dans l’après crise et dans les changements à initier pour le futur, en valorisant l’agilité déployée et en identifiant les mesures à pérenniser, et effectuer une synthèse constructive des ressentis de chaque participant et des engagements pris pour la suite.

Quels sont les résultats obtenus par cette méthode depuis sa mise en place ?

J’ai bien conscience que “Reboot” n’est pas une solution miracle, mais c’est une première pierre à poser, nécessaire, sur le chemin de la résilience. Conçue pour être déployée en entreprise sur une seule journée, elle demande un suivi sur plusieurs mois pour être totalement optimale.

Mise à disposition gratuitement en mai 2020, elle a été téléchargée plus d’un millier de fois entre mai et juin et expérimentée par plusieurs grands groupes du CAC 40, ce qui montre bien le réel besoin en la matière.

Pensez-vous qu’on puisse s’inspirer de “Reboot” pour gérer les vulnérabilités en entreprise à l’année ?

Si “Reboot” est conçue comme une méthode de sortie de crise, c’est avant tout une méthode de réajustement des énergies.

Selon moi, l’entreprise à tout intérêt à pousser cette dynamique sur le long terme. La proposition majeure de “Reboot” c’est de remettre l’humain au centre.

On peut donc tout à fait imaginer que cette méthode soit développée et adaptée pour agir sur les leviers qui permettent de régler des vulnérabilités professionnelles ou personnelles. Il suffit d’opérer un changement d’échelle et de passer du niveau macro de l’entreprise à celui micro de l’équipe ou du collaborateur. C’est un axe très intéressant à creuser.

Alors que votre activité vous met au cœur de la révolution du télétravail, comment voyez-vous l’avenir du monde de l’entreprise ?

Avec cette crise sanitaire, le monde du bureau vit sa plus grande révolution depuis deux siècles. On ne travaillera vraisemblablement plus jamais comme avant. On se verra moins souvent, mais mieux. C’est un bouleversement majeur. C’est pour cela qu’il est primordial de mettre toute notre attention sur l’humain et d’accompagner tous les collaborateurs, tous les humains dans ces changements car pour bénéfiques qu’ils puissent être à terme, ils portent eux-mêmes en creux des fragilités nouvelles potentielles.

Vous allez aimer